Pour un

****

langage non sexiste !

Un site présenté par Eliane Viennot



L'ACCORD

DE PROXIMITE, MODE D'EMPLOI

***

Pour l'histoire de cet accord et l'invention de la règle du «masculin qui l'emporte sur le féminin», voir ici — pour un exemple de texte intégrant cet accord, voir .

I. Accord

entre termes se suivant

Exemples anciens

1. «Ce peuple a le coeur et la bouche ouverte à vos louanges.»
Cité par Vaugelas comme posant problème à Malherbe, dans Remarques sur la langue françoise, 1647

2. «Elle passa tout le jour des fiançailles chez elle à se parer, pour se trouver le soir au bal et au festin royal qui se faisoit au Louvre»
Lafayette, La Princesse de Clèves, 1678

3. «Surtout j'ai cru devoir aux larmes, aux prières,
Consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières
Racine, Athalie, 1691

4. «En effet, c'est comme une espèce d'enthousiasme et de fureur noble qui anime l'oraison, et qui lui donne un feu et une vigueur toute divine
Nicolas Boileau, Traité du sublime, 1674

5. «Ce soupçon se répandit dans tout le camp, et y excita des plaintes et un mécontentement général.»
René Aubert de Vertot (†1735), cité par E.A. Lequien dans Grammaire françoise élémentaire, 1819

6. «Arrestation, procès et supplice de Danton, Camille Desmoulins, Philippeau, Lacroix, Hérault-Séchelles, Fabre d’Églantine, Chabot, etc.»
Table des matières, dans Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, vol.5, 1839

7. «On peut aller sur le lac [d'Evian] en bateau à vapeur ou en petits-bateaux, et visiter les coteaux et montagnes voisines, à pied ou en voiture»
Dr Linarix, Guide pratique de la Savoie et Haute-Savoie médicale et pittoresque, 1896

Exemples contemporains

8. Chères toutes et tous

9. Chères et chers amis,

10. J’espère que les auteurs et autrices présentes vous auront répondu positivement.

11. Et bonne année à toutes celles et ceux que je n’aurais pas encore eu le plaisir de saluer !

12. Il faudrait montrer à quel point les mères et les pères impliqués pourraient bénéficier de cette mesure.

13. Voyez la lettre ouverte qu’un groupe de chercheurs et chercheuses de l’Université investies dans les études sur le genre ont fait parvenir ce matin au Conseil d’Administration de l’université.
N.B.

Dans tous ces exemples, on a pris soin de combiner l’accord de proximité avec l’l'ordre alphabétique plutôt que de suivre la tradition, qui veut soit que l’élément masculin passe avant («ceux et celles»), soit que «par galanterie», on fasse passer l’élément féminin en premier («les chercheuses et les chercheurs»).
Toutefois l’accord de proximité fonctionne en toute position: «à quel point les pères et les mères impliquées…» 

On voit que l’accord de proximité permet de limiter les signes diacritiques («cher·es tous/tes», «les mères et les pères impliqué·es», voire «impliqué-e-s»)
II. Accord
entre termes séparés par un verbe
Exemples anciens
1. «… afin que ta cause et la mienne soit connue de tous»
Ronsard, Réponse […] aux injures et calomnies, 1563

2. «Les yeux et les oreilles furent tellement saisies…»
Sacy de Royaumont, L’Histoire du vieux et du nouveau Testament…, 1670

3. «Ces pères et ces mères qui font profession d’être chrétiennes…»
Chanteresne [pseud., pour Nicole], De l’éducation d’un prince, 1671 (Nicole republiera le texte dans ses Essais de Morale… et le corrigera dans leur édition de 1682)

Exemples contemporains

4. Les candidates et les candidats se sont présentés à neuf heures précises.

5. Les électeurs et les électrices qui se sentiraient flouées peuvent entamer un recours.

6. Cette règle doit être mise au ban de l’école, si nous voulons construire un monde où les femmes et les hommes seront égaux. / où les hommes et les femmes seront égales.
N.B.
Mêmes remarques que précédemment
III. Accord
du verbe
Exemples anciens

1. «… afin que ta cause et la mienne soit connue de tous»
Ronsard, Réponse […] aux injures et calomnies, 1563

2. «Si je n’avais égard qu’aux loix de la justice,
Je m’apaiserois, Rome, avec votre suplice,
«Sans que ni vos respects, ni votre repentir
Ni votre dignité
vous en pût garantir.»
Corneille, La Mort de Pompée, 1644

3. «Elles n’ont point d’autre défaut qui les empêche de régner, de gouverner, de commander et de conduire, que celui que leur impose la coutume, les lois et le pouvoir absolu des hommes.» — Gabrielle Suchon, Traité de la morale et de la politique…,1699

4. «Sa lettre sur les pâtres des Pyrénées peint les travaux et les vertus de ce peuple pasteur avec la simplicité et le ton qui convient aux tableaux des mœurs champêtres. »
Le Tribunal d’Apollon, 1800 (à propos de Félicité de Genlis)
Exemples contemporains
Les exemples ci-dessus pourraient encore fonctionner. Voir toutefois ci-dessous, V
IV. Accords
multiples
Exemples anciens

1. «Et celle qu’aujourd’huy la France et le Piémont
Pleure, pleint, et gemit
de meint soupir profond…»
Guy Lefèvre de la Boderie, «A la serenissime Royne de Navarre», 1578

2. «Mais le fer, le bandeau, la flamme est toute prête»
Racine, Iphigénie, 1674

3. «Mon mal vient de plus loin. À peine au fils d’Egée
Sous les loix de l’Hymen je m’estois engagée,
Mon repos, mon bon heur sembloit estre affermi,
Athenes me montra mon superbe Ennemi.
Je le vis, je rougis, je palis à sa veuë.»
Racine, Phedre et Hippolyte, 1677

4. «La puissance des pères, celle des maris est rétablie en même temps que renfermée dans ses limites naturelles : en ramenant l’ordre dans les familles, elle le fera régner dans la grande famille de l’État, et fortifiera les lois par les mœurs»
Locré, L’Esprit du Code Napoléon, 1805 (la puissance paternelle et la puissance maritale étaient deux dispositifs différents dans le droit d’Ancien Régime… et du Nouveau!)
Exemples contemporains

5. La ou le meilleur candidat est celui qui sera élu.

6. Et bonne année à toutes celles et ceux que je n’aurais pas encore salués!

7. Filles ou fils d’agriculteurs et d’agricultrices pour 80% d’entre eux, ils ont connu dans leur enfance des parents travaillant douze heures par jour…
V. Des
problèmes ?

Le seul cas où l’accord de proximité ne parait pas évident aujourd'hui est lorsque le terme qui impose ses marques est au singulier, et qu’un verbe conjugué le sépare de celui ou ceux qui doivent les recevoir :

  • 1. Jean et Pauline est contente de son voyage (?) / Pauline et Jean est content de son voyage (?)
  • 2. Tous les animaux et leur gardienne a pu être soignée très vite (?)
  • 3. Les filles de Jacques, son épouse et lui-même est arrivé ce matin à l’heure (?)**

La difficulté vient du fait que les conjugaisons du singulier et du pluriel ont souvent des sonorités différentes (pour des exceptions, qui du coup font passer sans problème l'accord de proximité, voir les exemples III-1 (soit/soient) et III-3 (impose/imposent).

Par ailleurs, l'ancienne langue n'aurait pas trouvé curieuse la phrase de l'exemple 3 – à condition d'omettre la conjonction de coordination: «Les filles de Jacques, son épouse, lui-même est arrivé ce matin» (voir les exemples IV-2, 3, 4)

Dans ce genre de cas, on peut mettre le verbe au pluriel, puis respecter la proximité pour le genre
  • 1. Jean et Pauline sont contentes de leur voyage / Pauline et Jean sont contents de leur voyage

ou bien (à l'écrit) créer un terme générique :

  • 1. Jean et Pauline sont content·es de leur voyage

ou encore, le cas échéant, suivre l’accord de majorité :

  • 2. Tous les animaux et leur gardienne ont pu être soignés très vite.
  • 3. Les filles de Jacques, son épouse et lui-même sont arrivées ce matin à l’heure.
N.B.
Le fait d'avoir le choix impose de réfléchir à ce qu’on veut dire et d’agir en conséquence. Nécessité autrement plus agréable et positive que de se demander ce qu’exige «la règle», et ce que la personne qui la fait respecter va sanctionner.

Contact *****Mentions légales*******Plan du site******Favoris